Nous sommes
des avocat-e-s bénévoles

Nous pouvons vous aider!

Comment pouvons-nous vous aider?

Faites un choix parmi les 3 options suivantes:

Vous recherchez une
ressource juridique

Trouvez une ressource

Vous avez besoin d’informations
ou de conseils juridiques

Nous pouvons vous aider

Vous êtes membre du Barreau
du Québec ou étudiant-e en droit

Vous pouvez nous aider

Justice Pro Bono reconnaît l’importance de tous les
services juridiques pro bono offerts à la population québécoise.

Justice Pro Bono lance un nouveau projet d’accès à la justice en matière familiale dans les Laurentides : Porte 33

Faisant référence à l’article 33 du Code civil du Québec, le projet Porte 33 vise à offrir des ressources juridiques et psychosociales, axées sur l’intérêt de l’enfant, aux familles vivant une séparation. L’objectif du projet est double : améliorer l’accès à la justice en matière familiale et atténuer l’impact de la séparation dans la vie de l’enfant.

Porte 33 comporte trois volets :

1.  Une clinique juridique itinérante

Des avocat-e-s bénévoles offriront de l’information juridique en droit de la famille, sur une base individuelle, ainsi que de l’information utile pour comprendre comment accompagner son enfant dans la séparation. Ces cliniques seront offertes dans divers organismes Famille de la région des Laurentides, à l’automne 2018 et à l’hiver 2019.

2.  Une formation pour les avocat-e-s

Le 1er mai 2019, se tiendra la formation La dynamique de la séparation et les besoins des enfants visant à outiller les avocat-e-s qui participeront à la clinique et à leur offrir des stratégies pour mettre en oeuvre des partenariats sociojuridiques prometteurs. Il sera question de l’état des recherches psychosociales au sujet des besoins des enfants de parents séparés et de leurs familles.

3.  Un site Internet

Détails à venir.

Ce projet est possible grâce à la contribution financière de la Fondation du droit de l’Ontario et au soutien de nos précieux partenaires : le Regroupement des organismes communautaires Famille autonomes des Laurentides et le Centre communautaire juridique Laurentides-Lanaudière.

 

Forum des cliniques d'information juridique

Le 14 décembre dernier se tenait à l’École du Barreau du Québec la 10e Édition du Forum des cliniques d’information juridique organisé par Justice Pro Bono.

Le thème de cette édition était:

Les personnes aînées : comment mieux les servir ?

De nos jours, vieillissement de la population oblige, les personnes aînées constituent une clientèle bien spécifique des cliniques d’information juridique. Être en mesure de bien les servir peut représenter un enjeu de taille puisque ces personnes ont souvent des caractéristiques et des besoins qui leur sont propres. Dans ce contexte, quelle est la réponse la plus appropriée ou la meilleure façon d’agir avec ces personnes ? Comment pouvons-nous les aider au meilleur de nos capacités alors que nous ne possédons pas de compétences particulières ? Y a-t-il des choses à faire ou à ne pas faire ? Comment mieux faire connaître nos services auprès des aîné-e-s ? Devrait-on, dans certaines situations, les orienter vers d’autres structures ou organismes plus à même de les aider, et si oui, lesquels ?

Plusieurs intervenantes reconnues dans leur domaine et provenant de milieux variés sont venues partager leurs réflexions:

-Mme Monique Renaud, travailleuse sociale spécialisée en services sociaux gérontologiques

-Me Christine Morin, professeure titulaire à l’université Laval, titulaire de la Chaire de recherche Antoine-Turmel sur la protection juridique des aîné-e-s

Présentation de Me Morin en format pdf

-Me Ann Soden, directrice générale de l’Institut national du droit, de la politique et du vieillissement et de la Clinique juridique des aîné-e-s

-Mmes Carlota Santos et Julie Bérubé agentes sociocommunautaires au SPVM, spécialisées dans l’intervention avec les personnes aînées

 

De Pro Bono Québec à Justice Pro Bono

Justice Pro Bono souligne les accomplissements d’une décennie en faisant peau neuve!

Montréal, le 21 février 2019 – C’est à l’occasion d’une soirée festive sous le signe de la gastronomie, que Justice Pro Bono, la nouvelle appellation de Pro Bono Québec, a souligné hier soir son dixième anniversaire. Dix années au cours desquelles la communauté juridique québécoise a démontré qu’elle a à cœur l’accès à la justice pour tous les Québécois. Sous la présidence d’honneur de Me Caroline Poirier, vice-présidente, Affaires juridiques chez TELUS et de Me Daniel Desjardins, vice-président principal, Affaires juridiques et secrétaire de la Société Bombardier inc., les convives ont pu se remémorer les faits d’armes de l’organisme au cours de la dernière décennie.

Depuis sa naissance, Justice Pro Bono a pu coordonner des centaines d’interventions, de la part des cabinets qui adhèrent à la philosophie du « pro bono », témoignant ainsi de l’implication des avocates et des avocats dans la communauté. Après dix années, Justice Pro Bono est fière d’avoir traité près de 1 850 requêtes citoyennes en plus d’avoir répondu à plus de 15 000 demandes d’information permettant d’orienter les Québécois dans le dédale juridique.

Parmi les affaires les plus médiatisées, pensons au récent cas de Marie-Ève Maillé, une chercheuse de l’UQAM appelée comme témoin experte dans une action collective contre un projet éolien, qui fut représentée avec succès par un avocat référé par Justice Pro Bono alors que l’entreprise visée par l’action voulait la forcer à révéler l’identité des personnes rencontrées dans le cadre d’une recherche sur le projet éolien en question.

Faire peau neuve tout en poursuivant la mission

Conçue par la firme Réservoir, la nouvelle marque conserve les termes « Pro Bono », évoquant ainsi les services offerts bénévolement par des avocates et avocats de toutes les régions du Québec pour donner accès à la justice au plus grand nombre de gens, particulièrement les plus démunis. La signature « Avocates et avocats bénévoles » facilite d’ailleurs la compréhension des services prodigués par l’organisme auprès de sa clientèle.

« Avec ses éléments visuels rafraîchis et sa simplicité, la nouvelle marque évoque mieux la mission de l’organisme et nous avons bon espoir qu’elle traversera l’épreuve du temps, permettant à un plus grand nombre de juristes et de justiciables québécois de s’y rallier. Nous apprécions particulièrement le cœur qu’elle arbore puisqu’il représente bien l’empathie et l’accessibilité des avocates et des avocats qui offrent bénévolement leur expertise légale à des gens qui ne pourraient autrement s’offrir leurs services », a pour sa part commenté Nancy Leggett-Bachand, directrice générale de Justice Pro Bono.

De belles réalisations porteuses d’avenir

Justice Pro Bono compte bien poursuivre sa lancée au courant des prochaines années. L’organisme compte déjà à son actif des projets structurants d’accès à l’information juridique et à la justice. Pensons au premier partenariat médico-légal au Québec mis en place à l’Hôpital de Montréal pour enfants il y a bientôt deux ans, ou aux « cliniques » juridiques dédiées aux populations les plus éloignées du Grand Nord ainsi qu’aux consultations juridiques gratuites en partenariat avec Médecins du Monde. La Boussole juridique, un outil de recherche indispensable pour les clientèles défavorisées aux prises avec des problèmes d’ordre juridique, a également connu un grand succès, tout comme le programme de causes d’intérêt public destiné à ceux et celles qui n’ont pas accès à l’aide juridique.

Forte des enseignements tirés de catastrophes naturelles, accidentelles ou environnementales comme les tristes épisodes vécus lors de la tragédie de Lac-Mégantic ainsi qu’à l’occasion des inondations de Pierrefonds, Justice Pro Bono s’active par ailleurs à mettre en place, dans un avenir rapproché, une « cellule de crise juridique » qui permettra de mobiliser la communauté juridique. Les avocates et avocats des régions concernées pourront ainsi offrir gratuitement temps et expertise aux personnes en situation précaire.